Sa vie en ville

Si vous allez prendre votre goûter sur les quais de Saône ou sur les rives, vous y croiserez Gérard et sa petite amie, une jolie cane brune tachetée. Comme tous les colverts, il est adepte de la vie de couple et ne se promène jamais sans elle. Il passe le plus clair de son temps sur l’eau où il plonge parfois le cou pour attraper un petit poisson, mais il lui arrive de gagner la rive pour brouter un peu d’herbe ou manger quelques graines qui traînent ça et là (sauf si Raymond le pigeon a déjà tout sifflé). Gérard est l’un des moins craintifs de nos résidents et votre présence ne le perturbera pas du tout.

Son confinement

Pendant les deux mois de confinement, Gérard est devenu une star. Pendant des années, il n’a connu que le bruit des véhicules sur les quais : les voitures, les camions, les bus, etc. A la mi-mars, tout cela s’est arrêté et le calme a gagné les quais et les rives, même en plein jour, accompagné d’une nouvelle espèce un peu envahissante par son nombre : le joggeur. Puisqu’ils n’avaient plus rien à faire, les joggeurs passaient leur temps à faire semblant de courir, s’arrêtant souvent pour feindre des étirements, parfois pour prendre une photo de la ville déserte, ou de Gérard… Le confinement pour Gérard, c’était la célébrité.

Son espèce

Chez les colverts, c’est la femelle qui mène l’homme à la baguette ! Ici pas de rouge à lèvre ou de dentelle rose : c’est à monsieur de se parer des plus belles couleurs et d’être le plus vaillant pour séduire. Après une courte période de mue, le mâle quitte son pelage beige tacheté (celui des jeunes et des femelles) et revêt son joli col vert et ses plumes d’un bleu-violet sous les ailes. De plus, la femelle a une voix rauque alors que celle du mâle est plus chantante, plus douce. Imaginez un peu : c’est comme si une femme au réveil, encore emballée dans son pyjama oversize marron se promenait en plein quartier du marais pour choisir l’éphèbe le plus haut en couleur…

Un instant avec lui…

Gérard ne bouge pas beaucoup, il vit chez sa copine qui revient chaque année nidifier au même endroit (mais parfois avec un autre, un plus coloré…). Evidemment, ne donnez pas de pain à Gérard. Il adore ça oui, mais c’est très mauvais pour lui. Le pain gonfle dans son estomac. Non seulement c’est déjà dangereux en soi, mais en plus cela ne lui apporte aucun des nutriments dont il a besoin.

Sa meilleure blague

Gérard se promène sur la Saône et croise un copain canard. Il s’avance vers lui et il dit “Coin Coin”. L’autre lui répond “J’allais justement dire la même chose !”
Alternative : Gérard se dispute avec ses copines et sa pensée dépasse ses mots. Il lui crie dessus : “COIN COIN”. Elle lui répond : “Change de disque !”